***   Ôr Vé Shalom  ***

(en français = Lumière et paix)

Informations pratiques

 

Documents  «Ôr Vé Shalom» : 

Bénédiction et non pas controverse

        Voici ce que le Seigneur a bien voulu me donner le matin du 5 décembre 2012, en méditant sa Parole, en rapport avec les documents « Ôr Vé Shalom ».  Il s’agit du chapitre  14 de l’épître aux Romains.  Ais-je lu cette épître 25 fois, 50, ou 75 fois, je ne sais pas ?   Mais ce matin-là, Jésus m’a révélé ce chapitre d’une façon toute nouvelle et en même temps bénéfique. Ainsi, je désire ardemment que les documents « Ôr Vé Shalom » soient un objet de bénédiction, et non pas de malaise, de vaine discussion, de polémique ou de division au sein de la  « famille chrétienne ».  C’est pourquoi j’ai demandé instamment au Seigneur son aide, que ce soit pour l’écriture ou la révision de ces documents.

         Je lus d’abord le début du verset 13 : « Ne nous jugeons donc plus les uns les autres… »  Puis je lus les versets 14 et 15 : « Je sais et je suis persuadé par le Seigneur Jésus que rien n’est impur en soi, et qu’une chose n’est impure que pour celui qui la croit impure. Mais si, pour un aliment, ton frère est attristé, tu ne marches plus selon l’amour : ne cause pas, par ton aliment, la perte de celui pour lequel Christ est mort. »  Nous savons qu’à prime abord, dans le contexte premier de ce chapitre, l’aliment en question est un aliment terrestre. Mais là, en ce matin précis, Jésus m’emmena à considérer la même affaire, mais transposée dans le domaine d’un « aliment spirituel ». Dans l’Évangile de Jean, Jésus dit que sa Parole est une nourriture, qu’Il est lui-même une nourriture, pour notre esprit. Alors, tout comme la consommation d’un aliment terrestre peut troubler et scandaliser un frère, de même un  « aliment céleste », en l’occurrence une révélation plus profonde d’une Parole de Dieu, peut se révéler être indigeste et non avenue pour d’autres croyants, qui ne sont tout simplement pas prêts, ou suffisamment matures, ou disposés à recevoir cet éclairage supplémentaire.  Ne lit-on pas en Daniel 12 : 4 : « Toi, Daniel, tiens secrètes ces paroles, et scelle le livre jusqu’au temps de la fin. Plusieurs alors le liront, et la connaissance augmentera Il est clair ici qu’il ne s’agit donc pas seulement de la connaissance biologique, intellectuelle et scientifique, mais qu’il en va aussi de la  « connaissance de la Parole et de la Justice de Dieu ».  Le diable sait qu’il ne lui reste pas beaucoup de temps; alors il incite l’homme à se déifier lui-même encore davantage, et à se confier dans sa propre intelligence et ses propres « trouvailles humaines ». Dieu, de son côté, ne reste pas impassible non plus : il révèle sa Parole à ses enfants en l’éclairant encore davantage. Ainsi, les ténèbres augmentent; mais la Lumière aussi, pour ceux qui y sont destinés, car Dieu est souverain et au-dessus de tout.

         D’ailleurs, nous ne devons pas non plus prendre à la légère les avertissements et les reproches du Seigneur à l’égard de son peuple = nous tous, qui possédons naturellement  cette malheureuse inclinaison à demeurer trop souvent « les pieds dans le ciment » de nos propres déductions théologiques et façons de faire :

·         2 Timothée 3 : 7 : « …Apprenant toujours et ne pouvant jamais arriver à la connaissance de la vérité. »

·         1 Pierre 1 : 5 : « …À vous qui, par la puissance de Dieu, êtes gardés par la foi pour le salut prêt à être révélé dans les derniers temps! »  --   Le mot biblique « salut » contient aussi l’aspect et le sens de délivrance, de sécurité, de préservation, de guérison et de vitalité… Tous les effets de la rédemption sont compris dans ce mot, qui pourrait donc être traduit, et l’est souvent effectivement,  par de nombreux mots différents et interchangeables, dépendamment de l’intention de Dieu, du texte et du contexte originaux.

·         Et cette mise en garde solennelle de Matthieu 15 : 6 : « Vous annulez ainsi la parole de Dieu au profit de votre tradition. »

         Ainsi, Jésus me confirmait que « son éclairage » sur certains sujets difficiles traités dans les Éditions Ôr Vé Shalom était « un aliment spirituel solide », qui m’avait effectivement nourri, réjoui et édifié, mais, il me confiait aussi – verset 16 : « Que votre privilège ne soit pas un sujet de calomnie. »  Voilà la belle leçon spirituelle que je recevais en ce matin, ce qui ajouta à ma joie.  En retour, je dois  « rechercher ce qui contribue à la paix et à l’édification mutuelle --  verset 19).  Et le Seigneur de rajouter à mon égard, dans mon cœur  – versets 20 à 22 : « Pour un aliment, ne détruis pas l’œuvre de Dieu. En vérité toutes choses sont pures; mais il est mal à l’homme, quand il mange, de devenir une pierre d’achoppement (cela vaut pour toute révélation profonde reçue dans la Parole de Dieu). Il est bien de ne pas manger de viande, de ne pas boire de vin, et de s’abstenir de ce qui peut être pour ton frère une occasion de chute, de scandale ou de faiblesse. Cette foi que tu as, garde-la pour toi devant Dieu. Heureux celui qui ne se condamne pas lui-même dans ce qu’il approuve! » 

         Il y a donc toujours cette liberté en Christ, mais qui ne doit pas être vécue au détriment de notre « responsabilité en Christ »  -- Romains 15 : 1 à 3 : Nous qui sommes forts, nous devons supporter les faiblesses de ceux qui ne le sont pas, et ne pas chercher ce qui nous plaît ( =  la chair qui cherche à avoir toujours raison).  Que chacun de nous plaise au prochain pour ce qui est bien en vue de l’édification. Car Christ n’a pas cherché ce qui lui plaisait… »  Tout comme ailleurs Jésus déclarait : « Ma nourriture est d’accomplir les œuvres de mon Père… » 

         Être capable de discerner sans juger : quel bonheur, mais aussi quelle difficulté! Discerner le mal et les erreurs, mais aimer les pécheurs…  N’est-ce pas le propre de Jésus et de ses disciples?  «Que le Dieu de la persévérance et de la consolation vous donne d’avoir les mêmes sentiments les uns envers les autres selon Jésus-Christ…  Accueillez-vous donc les uns les autres, comme Christ vous a accueillis, pour la gloire de Dieu. » (Romains 15 : 5 et 7). Nous ne devons donc pas mette « ces confidences reçues »  en avant, dans l’accomplissement de nos ministères respectifs. C’est Dieu en premier, Sa volonté, Ses plans, ses choix, son temps, etc.; et nous, nous avons comme nourriture d’accomplir joyeusement ses  « œuvres préparées d’avance », dans le cadre des  « chemins tout tracés », qu’il a lui-même-même décidés.  La communion de l’Esprit de Jésus est donc l’aliment le plus riche de tout l’univers !  
____________________________________________________________________________________

Prière à Notre Seigneur:

*** Devant l'affaiblissement progressif, depuis de nombreuses années, du concept de la paternité, et devant la confusion créée en rapport aux rôles, prérogatives et responsabilités de l'homme dans le couple, la famille et l'église...
***
Devant le fait accompli qu'une grande partie de l'Église évangélique (toutes dénominations confondues) ait malencontreusement adopté des concepts de progrès humaniste et de philosophies du monde, en contradiction claire et directe avec la Parole et la justice de Dieu concernant les rôles et responsabilités spécifiques de l'homme et de la femme dans tous les domaines de la vie sur terre...

***  Nous demandons à Dieu de créer une équipe, une confrérie, une ligue de chrétiens engagés (hommes et femmes -- ouvriers, pasteurs, prédicateurs, simples croyants de toutes confessions) pour:
              -- 
Remettre le message du Nouveau Testament (= de Dieu) à l'avant-plan
et apporter à l'Église une prédication qui puisse produire le retour à Dieu et à sa Parole...
               --
Fournir un engagement courageux, à contre-courant de la pensée du monde, par un enseignement et un témoignage fidèles à la Parole, et au moyen de séminaires, conférences et réunions diverses, partout et dans toutes les églises ou groupes de personnes qui en discerneront le bien-fondé et qui en feront la demande...

____________________________________________________________

Voici  une liste de quelques ouvrages "courageux" en français, concernant la ligne d'autorité instituée par Dieu pour la famille et l'église en rapport avec l'homme et la femme et le mouvement moderne du féminisme:

1)   Titre:  Gouvernement et autorité:  une affaire d'homme?   Qu'en dit la Bible? 

                  Auteur:  David Pawson  --  Éditions l'Oasis, France,  2007

2)   Titre:  Égaux mais différents   Auteur:  Alexander Strauch    

                  Éditions Clé   (France) et  Publications chrétiennes (Canada),  2006

3)   Titre:  Hommes / femmes - des vocations particulières
                  Auteur: Maurice Ray          Éditions RDF, Suisse, 2004

4) Document "Ôr Vé Shalom" no 14:
       Titre: Ligne d'autorité institué par Dieu pour la famille et l'église...
                       et les incidences du féminisme
                  Auteur: Michel Cournoyer           Éditions Ôr Vé Shalom, 2014
                                                                                      (disponible sur ce site)
_____________________________________________________________________________


-- Deutéronome 12 : 8 : « Vous n’agirez donc pas comme nous le faisons maintenant ici, où chacun fait ce qui lui semble bon ( = comme les païens),  parce que vous n’êtes point encore arrivés dans le lieu de repos et dans l’héritage que l’Éternel, votre Dieu, vous donne. »

--  Psaumes 19 : 8 à 12 : « La loi de l’Éternel est parfaite, elle restaure l’âme; le témoignage de l’Éternel est véritable, il rend sage l’ignorant.  Les ordonnances de l’Éternel sont droites, elles réjouissent le cœur; les commandements de l’Éternel sont purs, ils éclairent les yeux.  La crainte de l’Éternel est pure, elle subsiste à toujours; les jugements de l’Éternel sont vrais, ils sont tous justes. Ils sont plus précieux que l’or, que beaucoup d’or fin; ils sont plus doux que le miel, que celui qui coule des rayons. Ton serviteur aussi en reçoit instruction; pour qui les observe la récompense est grande. »